> >

Le mouvement indigène au Sommet des Amériques : le défi de son intégration continentale

No 05-38. Novembre 2005


Le mouvement indigène dans les Amériques
s’érige en véritable acteur social et politique
depuis la décennie 1990 : nombre
d’organisations nationales autochtones
connaissent un essor sans précédent et
s’imposent de plus en plus dans les agendas
politiques, tant nationaux qu’internationaux ou
régionaux. Récemment, la voix autochtone s’est
fait entendre à maintes reprises sur les scènes
nationales du continent : la « guerre du gaz »
bolivienne en septembre 2003, la destitution du
président équatorien Gutierrez suite à
l’insurrection populaire d’avril 2005, la lutte des
Achuars amazoniens contre la compagnie
pétrolière OXY au Pérou, ou encore le réveil
progressif des indigènes paysans au Guatemala1,
sont autant de mobilisations qui marquent l’essor
du mouvement indigène et expriment une
volonté de participer pleinement à l’orientation
des politiques nationales.

(Suite dans le document pdf)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin