> >

Vers des périmètres de sécurité ? La gestion des espaces continentaux en Amérique du nord et en Europe

, ,

Michel Fortmann, Alex MacLeod et Stéphane Roussel (dir.), Vers des périmètres de sécurité ? La gestion des espaces continentaux en Amérique du nord et en Europe, Montréal, Athéna, 2003.

Les événements du 11 septembre nous ont brutalement rappelé que les sociétés démocratiques postindustrielles sont extrêmement vulnérables à ce que l’on appelle les menaces asymétriques, qui comprennent le terrorisme, la criminalité transfrontalière (les réseaux mafieux), les trafics en tout genre et des phénomènes comme l’immigration illégale. La force économique des démocraties est également sa faiblesse sur le plan de la sécurité. Ces démocraties constituent des "sociétés ouvertes", qui promeuvent les droits de la personne ainsi que la liberté des échanges avec le reste du monde. Depuis plusieurs décennies, ces sociétés s’intègrent progressivement dans des espaces régionaux, caractérisés par la liberté des échanges avec le reste du monde. Ce phénomène affaiblit considérablement la capacité de contrôle qu’exerce chaque État sur les mouvements transfrontaliers.

Cette situation oblige les gouvernements des deux côtés de l’Atlantique à faire face à un défi de taille : concilier les besoins de la croissance et de l’intégration économique avec les impératifs de la sécurité nationale et régionale. Ce volume s’attarde principalement sur ce phénomène.

L’ouvrage est divisé en deux parties. La première traite des réactions mord-américaines aux événements du 11 septembre et des caractéristiques émergentes de ce que certains nomment la "forteresse de sécurité" continentale. La seconde examine différents aspects des efforts européens pour réaliser un espace de sécurité régional ansi que l’impact du 11 septembre sur les politiques de sécurité européennes. Les auteurs traitent en succession des efforts régionaux faits dans le cadre de la lutte antiterroriste, des politiques migratoires et du contrôle des frontières. Le dernier chapitre compare les processus d’intégration sécuritaire en Europe et en Amérique du Nord, afin d’en déterminer les implications pour le Canada.

Ont partcipé à cette publication :

- Peters Andreas (Université Brown) ;
- Didier Bigo (IEP Paris) ;
- Anne Deighton (Université Oxford) ;
- François Crépeau (UdeM) ;
- Michel Fortmann (UdeM) ;
- David Haglund (Queen’s Univ.) ;
- Jeffrey Heynen (gouv. du Canada) ;
- Jolyon Howorth (U. de Bath) ;
- David King (National Defense University) ;
- Albert Legault (UQAM) ;
- Alex Macleod (UQAM) ;
- Stéphane Roussel (UQAM).

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin