> >

La conciliation entre la reconversion industrielle et le développement durable : L’expérience du Bas-Richelieu


Ce texte a pour objectif de situer la relation qu’il est possible d’établir entre la
reconversion et le développement durable.

Dans l’actuel contexte de mondialisation, les reconversions se révèlent de plus en
plus fréquentes et nécessaires. Plusieurs l’ont démontré, la mondialisation accentue
les faiblesses et les vulnérabilités en modifiant et en intensifiant la concurrence. De
plus, comme les capitaux ont pratiquement aboli les frontières, une lutte féroce en
vue d’attirer les investissements attise les rivalités entre régions ou localités. Or, les
modèles économiques classiques nous ont appris que les investissements sont
précisément la variable qui propulse le développement. Et le développement, ou
plutôt le redéveloppement, est l’objectif premier de la reconversion.

Dans le cadre du présent texte nous abordons trois points soit, dans l’ordre (1) la
reconversion et les conditions de sa réussite, (2) l’enjeu posé par le développement
durable et (3) l’illustration du processus à l’aide de l’analyse de la trajectoire de la
MRC du Bas-Richelieu au cours des dernières années.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin