> >

Débats économiques et concurrence


La pensée libérale classique a entretenu deux mythes, celui de la concurrence
parfaite et celui du libre-échange. Elle a aussi affirmé leur complémentarité ; les
bénéfices du libre-échange dépendant de l’existence d’une concurrence parfaite au
niveau des espaces nationaux, et vice-versa. Toutefois, dès la fin du 19ième siècle, les
effets de l’échange marchand sur l’organisation économique n’étaient pas exactement
ceux que les économistes libéraux avaient à l’esprit en construisant leurs modèles
théoriques et mathématiques. Sur le plan national, un processus de monopolisation
menaçait la concurrence, et sur le plan international, les politiques nationales orientées
sur la sécurité nationale et le développement industriel révélaient les problèmes de
mise en oeuvre du libre-échange. Devant ces réalités, l’idée d’un ordre libéral spontané
a cédé la place à celle de faire intervenir certaines règles au niveau national et au
niveau international pour préserver le libre fonctionnement des marchés. Ainsi
s’explique le développement du droit de la concurrence au niveau national et les
initiatives internationales pour favoriser la libéralisation des échanges.

(Suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin