> >

Le brevet sur le vivant : une menace pour les peuples autochtones ?


Obertan, Paméla (2010). Le Brevet Sur Le Vivant : Une Menace Pour Les Peuples Autochtones ?, Editions universitaires européennes, 168 p.

La décision d’accorder un brevet, un droit de propriété intellectuelle privée sur des organismes vivants génétiquement modifiés a constitué une véritable révolution. En effet, il y a peine vingt ans les organismes vivants étaient exclus du domaine de la brevetabilité et ne pouvaient être considérés comme des inventions de l’homme pouvant faire l’objet d’un brevet. Or, au fur et à mesure que l’homme s’est révélé capable de transformer, modifier les organismes vivants, une des frontières qui les excluent du domaine de l’appropriation privée et de la marchandisation sauta. C’est ainsi que depuis quelques années, des scientifiques, des entreprises peuvent sous certaines conditions obtenir des droits de propriété sur les organismes vivants, leur progéniture mais aussi sur les découvertes telles que les gènes. Toutes les limites, les exceptions qui truffaient le droit du brevet ont eu tendance à disparaître. Ce droit a donc fortement changé et ressemble de plus en plus à un droit de propriété physique. On remarque aussi que son application au vivant a démultiplié les pouvoirs de l’inventeur. Cela explique en partie pourquoi le brevet est devenu si important aux yeux de certains secteurs d’activités comme les biotechnologies. Toutefois, cette évolution particulière ne concernait qu’un petit nombre de pays occidentaux. Les problèmes commencèrent à se manifester sérieusement lorsque le brevet sur la vie s’étendit au reste du monde essentiellement mais non exclusivement par la voie des accords internationaux. C’est peut être la Convention sur la diversité biologique qui introduisit discrètement ces changements. Mais c’est surtout l’Accord sur les Aspects des droits de la propriété intellectuelle reliés au commerce qui a imposé à l’ensemble des pays membres de l’OMC de délivrer des brevets sur certains organismes vivants. Depuis, la conclusion de ces accords, la tendance est au renforcement des droits de la propriété intellectuelle, à l’extension du domaine de la brevetabilité comme en témoigne la prolifération d’accords bilatéraux. Cependant, ce mouvement international change des pratiques millénaires, mais aussi une certaine conception du monde, de la vie qui avait réussi jusqu’à présent à écarter les ressources naturelles vitales de l’appropriation privée et de la sphère marchande. C’est pour cela que l’imposition du brevet sur le vivant, sans aucune adaptation, ni limite au pouvoir de l’inventeur risque dans certains pays d’être particulièrement difficile pour de nombreux peuples aux pratiques, aux coutumes et à la culture différente de celle véhiculées par le brevet, comme les peuples autochtones. Ainsi, l’extension du brevet sur le vivant ne risque t’elle pas de léser les droits fondamentaux de certains peuples, notamment leur droit à l’autodétermination ? C’est ce qui risque de se passer si on ne raisonne qu’en terme économique et qu’on ne prend pas en compte la dimension humaine.

Pour commander cet ouvrage, cliquez ici


Partager sur :

Dernières publications du CEIM

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin