> >

Penser la concurrence dans le contexte de la globalisation économique


L’élément radicalement nouveau dans les débats actuels sur la
concurrence est que si, jusqu’à tout récemment, il convenait d’aborder celle-ci dans une perspective différente selon que l’on se plaçait au niveau international ou au niveau national, tel n’est plus le cas aujourd’hui. Certes, les deux espaces de concurrence n’étaient pas entièrement hermétiques l’un à l’autre, mais les débats étaient d’abord posés dans un cadre national, champ de la souveraineté
des États, pour être ensuite posés à un autre niveau, le niveau international, le problème étant principalement de trouver une réponse élégante sinon efficace à la juxtaposition des régimes nationaux. Avec la globalisation des marchés, non seulement les frontières qui séparaient les deux espaces ont-elles éclaté mais, qui plus est, le débat sur la concurrence s’est lui-même trouvé élargi pour tenir
compte des nouvelles pratiques des acteurs, privés ou publics. D’abord pour adapter le discours sur la concurrence à celui qui est tenu sur le libre-échange, ensuite pour l’adapter à celui sur l’investissement étranger.

(Suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin