> >

Crise budgétaire américaine

Volume 6, numéro 2


Résumé analytique

L’ambiance acrimonieuse au Congrès entre les élus républicains et démocrates boule-verse l’agenda législatif et y marginalise les enjeux commerciaux. De surcroît, les effets négatifs de la crise ne font qu’accroître l’incertitude et entravent la reprise économique. Le ralentissement anticipé de la croissance aux États-Unis affectera le commerce mondial. Si la crise politique que traversent les États-Unis paralyse le Congrès et semble mettre un frein à toute nouvelle mesure de relance, elle incite cependant l’administration Obama à redoubler d’efforts pour relancer les exportations et ainsi réduire le déficit de la balance courante et stimuler la croissance économique.

Sur le front du commerce extérieur, l’administration Obama garde le cap sur l’Asie, mais retrouve un intérêt pour ses vieux alliés en Europe et au Moyen-Orient. La première tournée à l’étranger du nouveau secrétaire d’État, John Kerry, nous le rappelle. La négociation d’un Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement avec l’Union européenne devrait débuter l’été prochain.

Du côté asiatique, l’annonce officielle de l’adhésion du Japon à l’Accord stratégique transpacifique de partenariat économique (TPP) est saluée par le gouvernement américain. La visite officielle du premier ministre japonais Shinzo Abe en février semble lui avoir donné une certaine marge de manœuvre politique. Des groupes d’intérêts et certains élus s’opposent ou s’inquiètent à la participation du troisième partenaire commercial des États-Unis à l’initiative d’intégration régionale, mais les deux gouvernements semblent déterminés à aller de l’avant.

Mentionnons finalement que pour contrer l’espionnage industriel, notamment chinois, l’administration Obama a lancé une nouvelle initiative (Administration Strategy on Mitigating the Theft of U.S. Trade Secrets). Si les observateurs les plus pessimistes ou les plus alarmistes pensent que Washington devrait en faire bien davantage, de nombreux groupes d’intérêts représentant les entreprises américaines ont salué l’annonce.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin