> >

L’ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE ET LE PROGRAMME DE DOHA POUR LE DÉVELOPPEMENT

Le multilatéralisme en mal de renouvellement

,

Resumé

Cette contribution développe une analyse d’économie politique internationale systémique de l’enlisement de l’agenda de Doha pour le développement. Cette analyse a pour point de départ la réfutation de la thèse du nombre comme principal déterminant des difficultés rencontrées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Elle fait la proposition d’une dissonance entre l’institution – le régime OMC – et le système commercial international qu’elle régule. Cette dissonance apparaît à deux niveaux : la substance du régime de l’OMC et l’équilibre des puissances. Nous mettons en évidence trois enjeux systémiques constitutifs de l’enlisement : l’impossibilité de lier globalisation et développement, les difficultés fonctionnelles et substantives du régime OMC et l’absence de consensus entre capitalismes historiques et capitalismes émergents.

Pour lire l’article au complet :

Pour lire l’article sur le site de l’AFRI, clic ici.

Cite : Mehdi Abbas et Christian Deblock, « L’Organisation mondiale du commerce et le programme de Doha pour le développement. Un système commercial en mal de renouvellement », Paris, Annuaire français de relations internationales, juin 2015, pp. 739-760.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin