Bonnie Campbell citée dans un article publié sur le site du Centre de Recherche pour le Développement International

Africa : Mineral Resources, Environment, and Governance

Bonnie Campbell, 11 juin 2009

Par Albanie Leduc.

Cet article a été publié dans le numéro de Avril-Mai 2008 de Découvrir magazine (volume 29, numéro 2).

En voici un extrait :

« Pauvres », « démunis » : deux termes couramment employés pour désigner les pays d’Afrique. Pourtant « […] ils regorgent de richesses inouïes », assure Bonnie Campbell, directrice du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA) et titulaire de la Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l’aide au développement, faisant référence aux ressources minières et pétrolières dont disposent les pays africains.

L’ennui, c’est que ceux-ci n’arrivent pas à exercer un contrôle suffisant sur la mise en valeur de leurs ressources. « Il y a des dérapages malheureux dans l’activité minière : de faibles retombées économiques, des déversements de substances toxiques dans l’environnement, des ressources minières qui servent à entretenir des conflits armés, […] et ce constat est maintenant mondialement reconnu » , ajoute-t-elle.

En 2000, face à ces considérations, le Groupe de la Banque mondiale (GBM) commandait une importante étude sur le rôle que la Banque devrait jouer dans la promotion des activités au sein du secteur des industries extractives sur le plan international.

Le rapport de l’Examen des industries extractives, déposé en 2003, présente en conclusion une série de recommandations réparties entre trois grands enjeux : une gouvernance publique et industrielle favorable aux pauvres, des politiques sociales et environnementales plus efficaces et le respect des droits de la personne.

Soutenu financièrement par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), le GRAMA a entamé en 2004 un projet de recherche visant à pousser plus loin le questionnement sur ces trois enjeux.

Pour en savoir plus, cliquer sur version française ou version anglaise