> >

À propos de « Manuel de géopolitique. Enjeux de pouvoir sur des territoires »

Entretien avec Frédéric Lasserre et Éric Mottet dans ASIA FOCUS #19

,

Extrait :

« Emmanuel Lincot : Frédéric Lasserre et Éric Mottet, vous êtes géographes de formation et vous enseignez tous deux au canada. La géopolitique y est-elle considérée en tant que discipline universitaire à part entière ou relève-t-elle d’une connaissance partielle des politistes ou des spécialistes en relations internationales comme en France ?

F. L. & É. M. : Au Canada, il existe une grande diversité des approches universitaires de la géopolitique. Si celle-ci n’est pas nécessairement très enseignée, elle est cependant tout à fait respectée et ne suscite pas les mêmes débats épistémologiques qu’en France voici quelques décennies. La géographie politique relève, selon les institutions, des sciences politiques ou de la géographie. Ces choix reflètent autant l’intérêt variable des divers départements universitaires concernés, que l’histoire de la discipline elle-même puisqu’elle a été promue tout au long de son histoire épistémologique assez tumultueuse parfois par des géographes, parfois par des politologues. En sachant que la tradition géographique anglo-saxonne, à la différence de la tradition française, ne s’est jamais ouvertement opposée au concept de géographie politique. »

Pour avoir accès à l’entretien complet, visitez le site de l’Institut de relations internationales et stratégiques

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse postale
Observatoire de l’Asie de l’Est
Département de science politique
Université du Québec à Montréal
CP 8888, succursale Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3P8 CANADA

Téléphone : 514 987-3000, poste 2296
Télécopieur : 514 987-0397
oae@uqam.ca

Présentation

L’Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE), établi en 2013 par le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) à l’Université du Québec à Montréal, a comme mission d’observer, de présenter et d’analyser l’économie politique, la géopolitique, la géo-économie et les questions de sécurité de cette région, c’est-à-dire les deux Corées, la Chine, Taïwan, le Japon ainsi que les onze pays d’Asie du Sud-Est, en lien avec la mondialisation, les processus d’intégration régionale et leurs modèles de gouvernance et de régulation.

Abonnez-vous au bulletin