> >

note de recherche de l’OAE

La relance de l’économie japonaise face au déclin de la population

30 mars 2018

Mots clés : Japon, immigration, travailleurs étrangers, Abenomics


La relance de l’économie japonaise face au déclin de la population : les réformes du marché du travail et l’assouplissement des politiques d’immigration afin de pallier le manque de main-d’œuvre

par Myriam Boulianne

Résumé

Historiquement, le Japon a été l’un des pays les plus fermés aux étrangers, mais cette tendance risque de changer. En effet, la dénatalité au Japon entraîne d’importantes conséquences économiques et sociales. Ce phénomène, recensé depuis les années 1970, a été peu évoqué dans les discours politiques jusqu’à tout récemment. Si les politiques publiques des trente dernières années ont tenté de prévenir et de résoudre les effets négatifs de la dénatalité, leurs résultats ont échoué. Lors de son élection en 2012, le Premier ministre Shinzo Abe a annoncé un plan prometteur afin de redresser l’économie du pays. Ses politiques sont davantage orientées vers une réforme du marché du travail qui permettrait une mobilisation accrue des ressources intérieures, mais avec le ralentissement de l’économie, le débat sur l’immigration revient sur la place publique. Voyons comment le gouvernement d’Abe, plutôt conservateur, tente d’assouplir les règles dans ce domaine, tout en restant prudent et près de sa base électorale.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse postale
Observatoire de l’Asie de l’Est
Département de science politique
Université du Québec à Montréal
CP 8888, succursale Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3P8 CANADA

Téléphone : 514 987-3000, poste 2296
Télécopieur : 514 987-0397
oae@uqam.ca

Présentation

L’Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE), établi en 2013 par le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) à l’Université du Québec à Montréal, a comme mission d’observer, de présenter et d’analyser l’économie politique, la géopolitique, la géo-économie et les questions de sécurité de cette région, c’est-à-dire les deux Corées, la Chine, Taïwan, le Japon ainsi que les onze pays d’Asie du Sud-Est, en lien avec la mondialisation, les processus d’intégration régionale et leurs modèles de gouvernance et de régulation.

Abonnez-vous au bulletin