Observatoire de l'économie politique de défense (OEPD) Groupe ressource sur l'industrie militaire et la sécurité (GRIMS) Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes (PEDC)
Les nouveaux moteurs de la dynamique militaire américaine
- Yves Bélanger, 1er mai 2003

La plupart des pays qui se trouvent confrontés à la nécessité de négocier un cadre sécuritaire avec les États-Unis comprennent de plus en plus que le stade de la réaction aux évènements du 11 septembre 2001 est aujourd’hui dépassé. Il ne suffit plus de rehausser le niveau des contrôles aux frontières ou dans les aéroports pour rencontrer les attentes américaines. La question est maintenant d’accepter la mise en place d’un arsenal apte à sanctuariser le territoire américain tout en reconnaissant à Washington le contrôle sur une force de dissuasion sans égal et le pouvoir de faire les guerres que ce gouvernement juge justes. Le processus qui a présidé à la création d’une force internationale expéditionnaire en Irak est l’expression d’une dynamique avec laquelle ont à composer tous les partenaires économiques des États-Unis et notamment ceux qui aspirent au développement d’une relation privilégiée (comme les ex-pays de l’Est, le Royaume-Uni, le Canada et, éventuellement l’ensemble des pays susceptibles d’adhérer à la ZLÉA, dont six ont appuyé l’intervention en Irak). Le présent article a pour objectif d’identifier quelques clés du processus de transformation de l’approche américaine en matière de défense interpellant l’ensemble des États qui composent les Amériques.

L’article complet se trouve en pièce jointe.



Université du Québec à Montréal (UQAM) Institut d'études internationales de Montréal (IEIM) Haut