Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophique de la justice et de la société démocratique | UQAM La déesse grecque Athéna - Musée archéologique du Pirée
Monographies
Couverture

Les arts de lire des philosophes moderne

Josiane Boulad-Ayoub

24 mars 2015

Il n’est pas de pratique scientifique sans prise de risque et l’historien des idées philosophiques a en permanence à tenir et à ajuster ensemble ces deux fils du devenir autonome d’un texte et de son ancrage dans un terreau conceptuel sans lequel il meurt et à partir duquel seul il peut s’hybrider. Ainsi, la robustesse d’une idée ou d’un énoncé se testent aussi bien dans la structure dans laquelle ils prennent sens, que dans les différentes lectures qui les réinvestissent et les déforment, en en réfractant en retour d’autres possibles.

Si lire c’est s’engager, c’est-à-dire penser en se réappropriant, alors un des effets inattendus de cette réflexion sur les arts de lire des philosophes modernes pourrait être la mise en question critique, au sens large du terme, de notre propre actualité culturelle, comprise comme stock de médiations et lieu renouvelé de réceptions inaperçues comme telles.

Avec les contributions de :
Delphine Antoine-Mahut, Roger Ariew, Hélène Bah-Ostrowiecki, Josiane Boulad-Ayoub, Laurence Bouquiaux, Jean-Pierre Cavaillé, Antonella Del Prete, Maï-Linh Eddi, Nawalle El Yadari, Sébastien Galland, Nicole Gengoux, Pierre Girard, Julie Henry, Mogens Laerke, Antony McKenna, Gabriel Monette, Pierre-François Moreau, Marie-Frédérique Pellegrin, François Pépin, Mitia Rioux-Beaulne, Jean-Pierre Schandeler, Justin Smith, Épaminondas Vampoulis†, Catherine Volpilhac-Auger, Aude Volpilhac.

Delphine Antoine-Mahut est professeure d’histoire de la philosophie moderne à l’ENS de Lyon et chercheuse au sein du CERPHI, UMR 5037. Ses travaux portent sur les cartésianismes et leurs réceptions et médiations intellectuelles jusqu’à la période contemporaine. Elle a notamment publié Descartes. Une politique des passions (PUF, « Philosophies », 2011) et dirigé Les malebranchismes des Lumières. Études sur les réceptions contrastées de la philosophie de Malebranche, fin XVIIe-XVIIIe siècles (Paris, Champion, 2015).

Josiane Boulad-Ayoub, de la Société Royale du Canada, est professeure émérite de philosophie moderne et politique à l’Université du Québec à Montréal. Titulaire de la Chaire UNESCO au Canada d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique, auteure et éditrice, elle compte à son actif un grand nombre d’ouvrages sur la philosophie du XVIIe et du XVIIIe siècles ainsi que sur la Révolution française.

Alexandra Torero-Ibad est docteure en philosophie de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle est spécialiste des rapports entre les libertins et les sciences à l’époque moderne.



Acheter le livre aux Presses de l’Université Laval


Réflexions sur l’université. Le devoir de vigilanceContre-radicalisation : faut-il craindre ou espérer ?