Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains de l’UQAM (CIDDHU) Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Groupes, centres, organisations et partenaires


Accueil > Les auteurs > Observatoire sur la coopération internationale

Observatoire sur la coopération internationale

Présentation

Les stratégies de développement international sont en pleine mutation et les politiques de coopération internationale n’échappent pas à cette réalité. Entre l’émergence de nouveaux mécanismes de fourniture de l’aide tels le support budgétaire, la multiplication des fonds verticaux notamment sur la problématique du VIH/SIDA, la montée des nouvelles pratiques induites par les débats sur l’efficacité de l’aide et les enjeux de sécurité, on assiste à l’effritement du monopole programmatique des bailleurs traditionnels de l’assistance publique au développement (APD). Fondations, philanthropes, mais surtout les nouveaux bailleurs bilatéraux comme la Chine ou dans une moindre mesure le Brésil et la Corée du Sud, viennent transformer l’architecture de la coopération et les pratiques dans les pays dits en développement. Enfin, la multiplication et l’ampleur de catastrophes humanitaires et la volonté de renouveler les interventions sur une base plus durable dans les situations de crise et de post-conflit, rendent de plus en plus urgents les besoins de réflexion sur l’articulation des phases d’urgence humanitaire, de reconstruction et de développement.

Quelles sont les conséquences de ces transformations sur les pratiques des bailleurs traditionnels membres de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) dont le Canada ? Ces transformations remettront-elles en question les stratégies du passé ou doit-on s’attendre à voir converger les nouveaux acteurs du régime de l’aide vers les pratiques institutionnalisées des membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE ? Mais aussi et surtout, cet effritement du monopole programmatique des membres du CAD est-il de nature à accroître l’appropriation des stratégies de développement par les pays récipiendaires, c’est à dire les sujets du développement, en leur permettant de jouer un rôle plus affirmé et ainsi que de faire triompher leurs préférences et leurs projets de développement ou assisterons-nous simplement à un déplacement des rapports de pouvoirs induits et reproduits par l’APD ? Ses changements sont-ils propres au Canada ou signalent-ils des transformations qui caractérisent les autres pays donateurs membres de l’OCDE ? Quelles sont les conséquences de ces changements pour l’action des organisations non-gouvernementales et des autres acteurs privés au Canada et au Québec ? Au fond, ces transformations profondes mèneront-elles à un changement de régime ou même la fin du régime de l’aide tel que nous le connaissons ?

Ces questionnements, et bien d’autres, sont et seront essentiels dans les années et décennies à venir pour tous les acteurs impliqués dans la formulation, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques de coopération internationale, ainsi que pour les sujets du développement eux-mêmes dont les gouvernements concernés, les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux, les intervenants sur le terrain et les milieux de la recherche et de la formation.


Inscrivez votre adresse courriel pour recevoir toutes les nouvelles de l’Observatoire sur la coopération internationale  :

Abonnement
Désabonnement

Adresse postale

Observatoire sur la coopération internationale
Université du Québec à Montréal
Faculté de science politique et de droit
C.P. 8888, Succ. Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3P8 Canada

Adresse civique

Observatoire sur la coopération internationale
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, bureau A-3335
Montréal (Québec) H2L 2C5 Canada

Téléphone 514 987-3000 poste 6222
Télécopieur 514 987-0218

http://www.cooperation.uqam.ca

Publications et événements



Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal