Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Chaire de responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Groupe de recherche en droit international et comparé de la consommation (GREDICC) Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Grands événements (Audios et vidéos|supprimer_numero|supprimer_tags)

Accueil > Calendrier des activités > Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (...) > Mise en lecture du Râmâyana, par Alexis Martin et son équipe

Mise en lecture du Râmâyana, par Alexis Martin et son équipe

Samedi 11 octobre 2014 à 13h, au Studio-théâtre Alfred-Laliberté, UQAM

Le Râmâyana ou La Marche de Râma

Le Râmayâna raconte essentiellement l’histoire du prince Râma qui n’est autre qu’un des avatars (une incarnation) du dieu Vishnu, envoyé sur terre pour rétablir l’ordre cosmique (le Dharma).

Les spécialistes s’entendent pour estimer le temps de sa composition entre le IIe siècle avant notre ère et le Ier siècle après notre ère. Cette épopée (comme celle du Mahâbhârata) peut être vue comme le récit d’un grand combat entre les forces du bien et du mal, une lutte pour le rétablissement du Dharma qui permet aux sociétés humaines de survivre, et de légitimer un certain ordre social.

Le Râmayâna est aussi un extraordinaire conte moral qui nous parle d’éthique politique : Qu’est-ce que suppose être un bon roi ? Quels sont les devoirs inhérents à la royauté ? Le lecteur occidental apprendra avec fascination que le Râmayâna est encore une référence incontournable du paysage politique et social indien : Gandhi lui-même a utilisé plusieurs fois dans ses écrits la notion de « royaume de Rama » comme l’image idéale du pouvoir politique…

Ainsi, par cette épopée fondatrice de l’identité hindoue, on s’immisce dans le fabuleux panthéisme indien, si bigarré, où les animaux parlent avec les héros et deviennent des alliées égaux en dignité. Un univers si étranger à notre sensibilité judéo-chrétienne mais qui pourtant garde, par la souche commune indo-européenne, des liens profonds avec notre civilisation ; les dieux sont multiples, et n’hésitent pas à s’incarner de manière anthropomorphe. Nous ne sommes plus loin du panthéisme grec, nous sommes quelque part entre cousins…

D’autre part, l’hindouisme ne récuse pas un certain monothéisme, puisque tous les dieux qui composent son panthéon complexe participent d’un même être : on peut supputer que les avatars multiples de Vishnu sont toujours… Vishnu lui-même. L’adepte peut choisir son dieu d’élection parmi le panthéon, et ainsi pratique une sorte de monothéisme à l’intérieur même du polythéisme riche et infrangible.

Aujourd’hui encore, l’épopée du Râmayâna est extrêmement présente et vivante dans la vie de la plupart des hindous. Elle est encore l’objet de représentations théâtrales, de films, de dessins animés et a même servi de justification au nationalisme hindou contemporain.

Pour établir le texte de cette adaptation théâtrale, nous nous sommes inspirés de la traduction de Serge Demetrian parue aux éditions Albin Michel. Cependant, nous avons pratiqué des coupes à travers le corpus du texte (le Râmayâna est une œuvre immense !) et nous avons complètement remanié le libellé du texte français, cherchant une langue plus dramatique et un allant qui appuyait nos ambitions scéniques.

COMÉDIENS :
Alexis Martin
Daniel Brière
Sharon Ibgui
Benoit Drouin-Germain

MUSICIENS :
Shawn Mativetsky
Jonathan Voyer

QUAND : Samedi 11 octobre 2014 à 13h

LIEU : Studio-théâtre Alfred-Laliberté (Local J-M400), Pavillon Judith-Jasmin (405 rue Ste-Catherine Est), niveau Métro, Métro Berri-UQAM

RENSEIGNEMENTS : 514 987-3667 ieim@uqam.ca


organisateurs et partenaires


Suivant

Partenaires

Banqu Scotia MRI - Ministère des relations internationales Gouvernement du Canada Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal