Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Le Sud des États-Unis | Rouge, Blanc, Noir

Ginette Chenard, 4 décembre 2016

Résumé disponible sur le site de Septentrion :

« Comprendre les Ferguson, New York, Chicago, Cleveland, Los Angeles, Détroit et tant d’autres villes du Nord des États-Unis, c’est avant tout retourner au Sud et le revisiter. D’hier à aujourd’hui, cette région a marqué la politique nationale et estampillé les rapports socioéconomiques du pays aux couleurs qui rythment son histoire : rouge, blanc et noir.

Le rouge, couleur crue, ardente et souvent tragique du conservatisme, évoque la supériorité et l’hégémonie, exalte l’uniformité dans la diversité. Le Blanc débarqué à Jamestown en 1607. Il a développé le Sud en déployant ses valeurs traditionalistes. Le noir d’un peuple déchargé comme esclave dès 1619 qui a construit le Sud pour le compte du Blanc.

Le Sud des États-Unis demeure encore, dans son ensemble, un mystère pour plusieurs. Ginette Chenard fait tomber les préjugés et nous livre un portrait étonnant d’une Amérique coincée entre tradition et modernité. »

Ginette Chenard. Le Sud des États-Unis. Rouge, Blanc, Noir. Québec, Éditions Septentrion, 2016.

Mots-clés

Écrit par

D'autres publications

La Charte des Nations Unies a récemment célébré ses 75 ans

ONU75 et l’influence du Canada et du Québec

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Nous vous invitons à répondre à un court sondage d’ici le 31 juillet, 13 juillet 2020

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Ce document a été rédigé par Marie-Claude Savard, candidate au doctorat en administration et chargée de cours de (...), 13 juillet 2020, par Marie-Claude Savard


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)