Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

La découvrabilité

Interview de Destiny Tchéhouali par Jean-Benoît Nadeau , 28 août 2017

« Parti à la découverte de l’Afrique, j’ai découvert la « découvrabilité ». Si vous ignorez ce que c’est, rassurez-vous : c’est très nouveau — le mot est apparu en 2016 dans Le grand dictionnaire terminologique de l’OQLF. La découvrabilité, c’est le « potentiel pour un contenu, un produit ou un service de capter l’attention d’un internaute ». En anglais, le mot discoverability remonte à 150 ans. C’était alors un concept de droit plutôt pointu. La discoverability a pris son sens moderne il y a dix ans alors que se développaient des techniques de référencement Web.

Je suis tombé sur la découvrabilité grâce à un Béninois installé au Québec depuis quelques années, Destiny Tchéhouali. En mai dernier, lors d’un forum sur le Web francophone organisé par Culture Montréal, j’avais été impressionné par sa présentation sur l’entrepreneuriat Web francophone en Afrique. Je suis donc allé le rencontrer à son bureau du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) à l’UQAM, mais la conversation s’est très vite orientée sur son dada : la découvrabilité. »

Lire l’article complet sur le site Le Devoir

Entrevue avec

D'autres publications

Ouvrages collectifs | Un recueil de 33 textes, dont plusieurs sont signés par des chercheur.e.s de l’UQAM et des partenaires de l’IEIM

Penser l’après-COVID-19 : la publication

L’ouvrage est le fruit d’une collaboration entre l’Acfas et La Presse+, 6 juillet 2020

Dossiers d’actualité | Un texte de Julien Martin (CRILFM) et Florian Mayneris, professeurs au Département des sciences économiques de l’UQAM

La dépendance du Canada à l’égard des États-Unis pour ses importations est pire que vous ne le pensez

Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM)

CIRANO, Perspectives, 2020PE-35, 29 juin 2020, 6 juillet 2020, par Julien Frédéric Martin


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)