Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Chroniques des Amériques

La violence à l’agenda de la Banque interaméricaine de développement : cadrage, statistiques et approche épidémiologique

Volume 18, numéro 2, avril 2018, 6 avril 2018

Résumé :

Alors qu’il ne figure initialement pas dans le mandat de la Banque interaméricaine de développement (BID), le problème de la violence fait son entrée dans l’agenda de l’organisation au milieu des années 1990. Dans cet article, je reviens sur cette période pour examiner comment la BID parvient à s’affirmer comme un acteur crédible en matière de réduction de la violence. Dans un premier temps, je mets en évidence la façon dont l’adoption d’un cadrage économique du problème de la violence et l’usage des statistiques permettent à la BID de faire accepter l’inscription de cet enjeu à son agenda. Dans un second temps, je montre comment l’alliance que la BID noue avec les acteurs de la santé publique rend acceptable son implication en matière de réduction de la violence.

Mots-clés :
Banque interaméricaine de développement (BID) ; violence ; cadrage ; certification ; santé publique ; approche épidémiologique

Écrit par

D'autres publications

Blogue Un seul monde | Dans le cadre d’un partenariat entre l’IEIM, l’AQOCI et l’UQO

Le blogue Un seul monde est de retour !

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Université du Québec en Outaouais (UQO) Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

Découvrez le premier article intitulé « Le concept zapatiste de ‘plurivers’ et la solidarité internationale », signé par (...), 14 septembre 2020

Dossiers d’actualité | Priscyll Anctil Avoine est candidate au doctorat en science politique avec concentration en Études féministes à l’UQAM

Covid-19 en Colombie : recrudescence des violences et des inégalités

Faculté de science politique et de droit | UQAM

L’article est paru dans La Conversation, le 17 avril 2020, 17 avril 2020, par Priscyll Anctil Avoine


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)