Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Communications | À lire

Les hijras : une communauté « transgenre » en voie de disparition ?

Mathieu Boisvert est directeur du CERIAS, 11 décembre 2018

« L’homosexualité enfin décriminalisée ! Des milliers de citoyens indiens se sont réjouis en ce début septembre 2018 lorsque la Cour Suprême indienne a décriminalisé l’homosexualité lors d’un jugement historique, félicité par de nombreuses associations indiennes et internationales ».

Cette même cour avait, le 15 avril 2014, déjà reconnu légalement un « troisième genre », large catégorie sociale incluant à la fois hijras et autres identités LGBTQ. Les hijras constituent une catégorie sociale sud-asiatique traditionnelle particulière : nées dans un corps d’homme, ces personnes se considèrent femmes et vivent en communautés relativement hermétiques. Bien que plusieurs hijras soient attirées sexuellement par les hommes, l’orientation sexuelle n’est pas un critère pour devenir hijra. Selon le rapport des Nations unis présenté par Sam Winter (2012), il y aurait entre cinq et six millions de hijra en Asie du Sud.

Pour lire la suite, voir :
https://theconversation.com/les-hijras-une-communaute-transgenre-en-voie-de-disparition-106412


D'autres publications

Victor Armony est professeur au Département de sociologie et membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ)

COVID-19 : Le Pérou n’échappe pas à l’enfer

Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ)

L’article est paru dans La Presse, 7 mai 2021, par Victor Armony

Balado | Avec Hanieh Ziaei, Gwenvaël Engel et Sami Aoun

Iran : visages d’une jeunesse plurielle

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Le Balado de la Chaire, 6 mai 2021


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)