Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

L’APRÈS-GUERRE EST VRAIMENT FINI… mais l’avant-guerre n’a pas nécessairement commencé !

La Crise, numéro 45, septembre 2019, 9 septembre 2019

Résumé

L’ordre mondial issu de la Deuxième Guerre mondiale se lézarde. Si l’hégémonie américaine persiste encore sous ses formes militaire et monétaire, la domination technologique américaine n’est plus ce qu’elle était. L’unilatéralisme sauvage de Trump, face à des défis mondiaux qui supposent plus de gouvernance mondiale sur plusieurs dossiers clefs (climat, commerce, monnaie…) pose de redoutables défis à la communauté internationale. Sans un multilatéralisme renouvelé il sera impossible de refonder un ordre mondial positif : tout l’enjeu est de savoir si la communauté internationale est capable de réaménager la globalisation ou bien si on se dirige vers une déglobalisation conflictuelle, alternative que j’envisageais déjà il y a sept ans dans des scénarios proposés dans cette chronique.

Sommaire

1. La dislocation trumpienne : la fin de l’ordre ancien
1.1. Les nouveaux rapports de force technologiques et économiques
1.2. La dislocation institutionnelle
2. Vers un nouvel ordre international : avec ou sans Thucydide ?
2.1. L’imbroglio des enjeux, défis et contraintes d’un nouvel ordre international
2.2. Globalisation revisitée ou déglobalisation conflictuelle : retour sur scénarios
Annexe. Reprise de LA CRISE n° 20, 2012 : Cinq scénarios de crise

D'autres publications

Actes de colloque | Grands événements | Lisez les actes du colloque qui a eu lieu du 19 au 22 octobre 2015

L’ONU : 70 ans de gouvernance mondiale

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal (ACNU-Grand Montréal) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Le conseil des relations internationales de Montréal (CORIM) Société québécoise de droit international (SQDI)

23 avril 2018, 23 avril 2018


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)