Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Julien Martin est professeur au Département des sciences économiques et titulaire de la Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales

Impôts des multinationales après la crise sanitaire : pour un taux de taxe effectif minimum

CEPII Policy Brief N°2020-30, avril 2020, 12 avril 2020

Résumé
De nombreuses leçons devront être tirées de la crise du coronavirus. La situation actuelle amènera chacun à repenser les dotations et le fonctionnement des systèmes de santé. Ces services ont été sous-financés dans la plupart des pays – une réalité en partie liée à des contraintes budgétaires que l’évitement fiscal des multinationales a certainement exacerbé. Par ailleurs, certaines multinationales qui adoptent des mesures d’évitement fiscal depuis des années vont recevoir des aides publiques, ce qui renforcera le sentiment d’injustice au sein de la population. Dans cette tribune, nous soutenons que la mise en place d’un taux de taxe effectif minimum sur les bénéfices des entreprises multinationales aiderait à régler ces deux préoccupations.

Auteurs
Sébastien Laffitte
Julien Martin
Mathieu Parenti
Baptiste Souillard
Farid Toubal

Pour lire l’article intégral, veuillez visiter le site internet du CEPII ou consulter la pièce jointe.

D'autres publications

La Charte des Nations Unies a récemment célébré ses 75 ans

ONU75 et l’influence du Canada et du Québec

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Nous vous invitons à répondre à un court sondage d’ici le 31 juillet, 13 juillet 2020

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Ce document a été rédigé par Marie-Claude Savard, candidate au doctorat en administration et chargée de cours de (...), 13 juillet 2020, par Marie-Claude Savard


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)