Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Dossiers d’actualité | Un texte d’opinion de Julien Martin et Jean-Denis Garon, professeurs au Département des sciences économiques de l’UQAM

Taxation des multinationales : quelques propositions pour améliorer l’équité fiscale en période de crise

CIRANO, Perspectives, 2020PE-18, 12 mai 2020, 12 mai 2020

Auteurs

Julien Martin, titulaire de la Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales

Jean-Denis Garon

Résumé

Dans la foulée de la crise de la COVID-19, les gouvernements ont engagé des sommes colossales pour venir en aide au secteur privé. Certaines entreprises qui bénéficient de cette aide tirent profit de stratégies d’optimisation fiscales et sont présentes dans les paradis fiscaux.

Au cours des dernières années, le gouvernement du Canada n’a que très timidement agi contre l’évitement fiscal des entreprises multinationales. Fondée sur l’espérance d’une plus grande coordination entre pays, l’approche canadienne s’est avérée plus patiente que celle de nombre de nos partenaires commerciaux.

Plusieurs facteurs expliquent pourquoi les grandes entreprises multinationales bénéficient d’un rapport de force favorable face à nos gouvernements. La mobilité du capital et des biens s’étant substantiellement accrue avec les grands accords de libre-échange, les grandes entreprises sont jugées crédibles lorsqu’elles menacent de quitter le Canada. Dans l’espace commercial nord-américain, la concurrence fiscale s’est aussi accrue.

Cette grande élasticité de l’assiette fiscale de l’impôt des sociétés, du moins à long terme, militait en faveur de recourir disproportionnément à l’impôt sur le revenu des particuliers et aux taxes sur la valeur ajoutée pour financer les grandes missions de l’état. Depuis le milieu des années 1990, les taxes sur le capital sont d’ailleurs pratiquement disparues du paysage.

Étant donné les circonstances exceptionnelles engendrées par la COVID-19, nous croyons utile de proposer des avenues pour taxer les profits des entreprises multinationales présentes dans les paradis fiscaux. Nous identifions trois pistes de réflexion : la taxation des profits excédentaires, l’établissement de taux effectifs minimaux et imposer des conditions supplémentaires à l’aide financière de l’État.

Télécharger l’article sur le site du CIRANO.

D'autres publications

Dossiers d’actualité | Un texte de Jean-Denis Garon, Étienne Lalé, Julien Martin (CRILFM), Florian Mayneris, Sophie Osotimehin, Charles Séguin et Dalibor Stevanovic, professeurs au Département des sciences économiques de l’UQAM

Réflexions pour la relance du Québec : productivité de la main-d’œuvre, investissements et mutations du commerce international

Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM)

CIRANO, Perspectives, 2020PR-03, Août 2020, 25 septembre 2020, par Julien Frédéric Martin

Michèle Rioux est professeure au département de science politique à l’UQAM et directrice du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) et Julien Martin est professeur au Département des sciences économiques, titulaire de la Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales et membre du CEIM

COVID-19 : dans quel monde allons-nous vivre après ?

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM)

L’article est paru dans Châtelaine le 8 septembre 2020, 8 septembre 2020, par Julien Frédéric Martin, Michèle Rioux


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)