Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

L’urgence d’agir contre la monopolisation d’Internet et ses impacts dévastateurs pour les industries culturelles

Ce document a été rédigé par Michèle Rioux, directrice du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM), 25 mai 2020, 25 mai 2020

« L’une des conséquences majeures, parmi d’autres, de l’actuelle pandémie de COVID-19 s’est illustrée par le renforcement du processus de monopolisation d’Internet et l’amplification de ses impacts dévastateurs pour les industries culturelles. »

« Actuellement, les industries locales sont placées sous respiration artificielle parce qu’elles subissent un mouvement de déstructuration sans précédent. Si les États n’opèrent pas un rééquilibrage en faveur de la souveraineté numérique et culturelle, la crise sanitaire mondiale devrait aggraver les répercussions sur les industries culturelles, les conditions de vie des artistes et des créateurs ».

Cet article vise d’abord à examiner les défis que pose la numérisation des pratiques et des objets culturels dans un marché dominé par quelques grandes firmes. Tandis que la crise sanitaire mondiale confirme la monopolisation d’Internet, ce document aborde ensuite l’enjeu de la réglementation de l’industrie des médias et des télécommunications. Enfin, face aux pratiques anticoncurrentielles des géants américains du web, l’auteure suggère de considérer la pandémie comme une opportunité de reconstruire la diplomatie culturelle numérique.


Découvrez le texte complet en pièce jointe.

Auteure

Michèle Rioux

D'autres publications

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Nous vous invitons à répondre à un court sondage d’ici le 30 septembre 2020, 30 septembre 2020

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) LATICCE

Ce document a été rédigé par Jean-Robert Bisaillon, candidat au doctorat en science politique à l’UQAM et co-directeur (...), 21 septembre 2020


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)