Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Regards de l’IEIM | COVID-19 | Regards de l’IEIM

Effets de la crise de la COVID-19 sur la connectivité économique des pays du G7

Ce document a été rédigé par Adam Touré, candidat au doctorat en sciences économiques à l’UQAM, membre étudiant du CRILFM et récipiendaire de l’une des Bourses-stages Banque Scotia-IEIM 2020, 7 septembre 2020

Dans le cadre de la série Regards de l’IEIM, nous avons le plaisir de vous proposer cette semaine un texte intitulé Effets de la crise de la COVID-19 sur la connectivité économique des pays du G7. Le texte vise notamment à mesurer l’impact de cette crise du grand confinement sur la connectivité, terme qui sera défini dans ce texte, des pays du G7.

En 2019, se basant sur certains indicateurs économiques et financiers, plusieurs annonçaient des risques de récession pour le début de l’année 2020, mais personne n’a pensé que nous vivrions une crise d’origine sanitaire.

Le Canada est l’un des pays les moins influents du G7 sur le plan des risques causés par la production industrielle des autres pays.

 

Le secteur industriel canadien est le deuxième plus exposé du réseau. Ces risques proviennent des États-Unis et des deux pays les plus touchés en termes de baisse de production industrielle, la France et l’Italie.

Découvrez le texte complet en pièce jointe.

Auteur

Adam Touré est doctorant en sciences économiques à l’UQAM et membre étudiant de la Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM). Il est également récipiendaire de l’une des Bourses-stages Banque Scotia-IEIM 2020.

D'autres publications

Dossiers d’actualité | Diane Alalouf-Hall est doctorante en sociologie à l’UQAM et chercheure associée à l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

La Covid-19 force à décentraliser l’action humanitaire

Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

Le texte a été publié dans La Conversation, 12 novembre 2020, par Diane Alalouf-Hall

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Université du Québec en Outaouais (UQO) Blogue Un seul monde

Texte rédigé par Caroline Beauchamp, étudiante à la maîtrise en sciences sociales du développement, concentration (...), 26 octobre 2020


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)