Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Ouvrages collectifs | Yves Couture est professeur au Département de science politique de l’UQAM et co-titulaire de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique

Penser sans absolu. Douze essais sur le nihilisme

Presses de l’Université Laval, 2020, 300 pages, 17 septembre 2020

Sous la direction de : Antony Vigneault, Yves Couture, Lawrence Olivier

La question du nihilisme a une longue histoire. Elle émerge au sein de l’idéalisme allemand, se déploie ensuite dans l’intelligentsia et la littérature russes, puis trouve chez Nietzsche et Heidegger ses explorations les plus influentes. Si le mot semble moins courant depuis un demi-siècle – comme d’autres termes aussi chargés, pensons à celui d’aliénation – les enjeux qu’il soulève demeurent toutefois au cœur de la pensée contemporaine. Les risques environnementaux nourrissent d’ailleurs plus que jamais l’inquiétante intuition que de puissantes dynamiques de dévalorisation du réel sont à l’œuvre dans les sociétés modernes.

Ces douze essais, qui font largement entendre la voix d’une nouvelle génération, n’ont pourtant pas pour but de défendre une thèse commune. Ils explorent plutôt les multiples aspects du nihilisme et se confrontent à ses grandes interprétations. Sont ainsi proposées autant de pistes pour rejoindre les débats sur le capitalisme, la technique, l’éducation, le patriarcat, le roman ou la démocratie. Pluralité revendiquée, qui illustre néanmoins un même ancrage dans les défis du monde actuel.

Pour toutes les informations concernant cet ouvrage, veuillez consulter le site internet des PUL.

Mots-clés

D'autres publications

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

M. Toure, étudiant au doctorat en administration de l’ESG UQAM, reçoit une bourse de 3000$, 10 novembre 2020

Chroniques de la Chaire Raoul-Dandurand | Simon Piché-Jacques est chercheur à l’Observatoire des conflits multidimensionnels

Fleurons canadiens et marché chinois : entre prudence et convoitise

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Chronique des nouvelles conflictualités, 20 octobre 2020


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)