Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

VigieAfriques | VigieAfriques

La « Chinafrique », une Realpolitik de la noningérence

Volume 3, numéro 3, 24 octobre 2020

Résumé analytique
« La pandémie est une aubaine pour les acteurs économiques chinois qui font de nombreux dons de matériels aux pays africains, à grand renfort de communication » (Le Monde | Afrique). « Pékin a […] toute légitimité pour venir avec son propre modèle qui, bien qu’imparfait, offre une possibilité à l’Afrique et place ses dirigeants devant la responsabilité de choisir » (Jeune Afrique). On peut déduire de ce qui précède qu’entre la Chine et les Afriques, il n’y a ni ingérence ni indifférence, surtout que la Chinafrique (Andrésy, Marteau et Raballand, 2010) semble servir d’exutoire à un modèle de développement hérité de la colonisation.

Le présent numéro relance justement la réflexion sur l’attractivité du continent africain, destination de plus en plus choisie par les pays émergents, près de quinze ans après le sommet Chine - Afrique de 2006 et au moment où une nouvelle tradition trisannuelle de sommets Russie – Afrique, ponctuée par des fora annuels de partenariat économique, a été initiée à Sotchi en octobre 2019 (avec 45 Chefs d’État et de gouvernement africains, parmi les 54 pays africains représentés). Il est question, dans ce numéro, de situer les Afriques dans un contexte géopolitique qui en ferait le terrain de jeu des BRICS (Santander, 2014) et le centre d’attraction des acteurs mondiaux. Les experts sont unanimes : l’Afrique est de plus en plus courtisée par la Russie, en quête de redéfinition d’une influence internationale et dans une logique de conquête d’un strapontin dans un continent inondé par des milliers de milliards de réserves chinoises. Si la coopération est difficilement envisageable entre ces deux puissances émergentes qui interviennent dans le continent africain, dans des secteurs non identiques, la concurrence entre la Russie et la Chine dans les Afriques est peu probable, les deux acteurs étant de taille asymétrique (Bret, 2015). Quels sont les enjeux de cet intérêt renouvelé pour le continent africain ?

D'autres publications

Vidéos | Article et vidéo de la conférence maintenant disponibles !

75 minutes de conversation : Repenser les réponses humanitaires

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

L’événement a eu lieu le 10 novembre 2020, en ligne, 7 décembre 2020

Balado | Frédérick Gagnon, Karine Prémont et Vincent Boucher

Entrepreneurs de sécurité nationale et politique étrangère américaine

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Le Balado de la Chaire, 3 décembre 2020


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)