Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Séminaires et conférences | Midi-CRIDAQ

Sensory Counterpublic of Law : Women, Violence, and Kinship in Delhi

Jeudi 29 avril 2021, de 12h30 à 14h, en ligne

Présentation Zoom, 12h30 à 14h00, entrée gratuite, inscrivez-vous pour recevoir le lien Zoom.

Présentation (en anglais), dans le cadre des midis-CRIDAQ, de Mme Megha Sharma Sehdev, postdoctorante 2020-2021 du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie.

Résumé

Women who take recourse to domestic violence laws in India do so by interacting with a complex legislative formation consisting of ancient, customary, colonial, and post-colonial jurisprudence. This presentation describes the deep structure of domestic violence legislation in India and its manifold provisions dealing with intimate violences against women — from everyday disputes and arguments to the denial of maintenance rights, bodily violence, and murder. Indian gender violence law has become more accessible to Indian women, especially in urban areas, in the wake of two reforms : the 2005 Protection of Women Against Domestic Violence Act, which consolidated diverse crimes under the heading of domestic violence, thereby naming these acts ; and the 2012 Nirbhaya protests which drew attention to judicial process in sexual violence cases, leading to the recommendations of the Justice Verma Committee. These consolidations, I argue, betray complex genealogies of gender violence jurisprudence even as they render accessible to women a baroque landscape of laws. Read in the context of “access-to-law without justice,” I argue that through their casework women draw attention to the deep histories and potentials of law, by bringing this opaque body of knowledge in touch with common and social experience. In this process, women reveal aspects of law to which legal liberalism itself can be blind and which are crucial in re-shaping the experience of intimate violence.

Organisé par

D'autres activités

Séminaires et conférences | Dans le cadre du 88e congrès de l’Acfas

La COVID-19 et le secteur humanitaire, quels impacts et quelles pistes de solutions ?

Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

Les 5 et 7 mai 2021, en ligne

Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents

Vendredi 7 mai 2021, en ligne


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)