Centre d'études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l'impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire sur la décarbonisation Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l'action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d'analyse stratégique (RAS) Institut d'études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

VigieAfriques | VigieAfriques

Les Afriques en 2020 : Entre résistance et résilience

Volume 4, numéro 1, 29 janvier 2021

Résumé analytique

Beaucoup d’observateurs et d’acteurs politiques ont comparé la pandémie causée par la COVID-19 à une guerre. Il s’agit, toutefois, d’une guerre pas comme les autres. Jamais dans l’histoire de l’humanité, une guerre n’aura-t-elle concerné l’ensemble de l’humanité, de manière aussi simultanée et pendant aussi longtemps ! Bien que les moyens sécuritaires et juridiques mobilisés par les gouvernements confirment une situation de guerre, il reste que cette guerre menée depuis une année déjà ou bientôt est une guerre asymétrique ; une de tous contre un : un ennemi subtile et diffus... Pour reprendre le constat du Groupe de la Banque mondiale, « peu de crises avant celle-ci auront à ce point touché la quasi-totalité des champs du développement » !

Le bilan des victimes à travers le monde témoigne de la fragilité de l’humanité et l’égalité de l’impuissance des États du monde. Si le taux de létalité, pour les Afriques en janvier 2021, semble démentir les projections catastrophistes en début de crise, faites par l’Organisation mondiale de la Santé, il serait naïf de sous-estimer les effets et l’impact de la pandémie sur le continent. On peut penser, entre autres, au ralentissement de la croissance des dernières années, notamment pour l’Afrique subsaharienne (jusqu’à -3,3% en 2020, selon les estimations de la Banque mondiale), au retard d’effectivité de la zone de libre échange continentale (ZLECAf), entrée en vigueur plutôt le 1er janvier 2021, au lieu du 1er juillet 2020, date initialement prévue.

Puisque c’est en période de crise qu’on est inventif..., la COVID-19 est un paroxysme, une contrainte de plus, par-delà les autres calamités (maladies, conflits, crimes économiques, terrorisme, (néo)colonialisme, etc.) qui ont testé la capacité d’adaptation voire de résistance du continent. Il reste maintenant, et plus que jamais, à les traduire en opportunités ! Le présent numéro présente quelques réflexions à cet effet, avec les signatures de Élisanne Pellerin et de Charlie Mballa.

ISSN 2563-9242

D'autres publications

Observatoire sur les Afriques (CAP-Afriques)

Volume 4, numéro 2, Avril 2021, 29 avril 2021, par Charlie Florent Mballa

Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)

Volume 4, numéro 1, 29 janvier 2021, par Charlie Florent Mballa


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)