Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Chroniques des Amériques

Un texte « Anti-Kyoto » pour plaire aux forces du marché

No 05-40. Novembre 2005, 28 novembre 2005

Le protocole de Kyoto ou l’enfant mal-aimé
Le Sommet de Rio de Janeiro de 1992 avait, tout
le monde en convient, mal commencé. Peut-être
s’illusionnait-on, dans maints cercles écologistes,
des espoirs qu’avait fait naître en 1990 la remise
sur ses rails du Clean Air Act, la première
politique environnementale d’envergure lancée
au milieu des années 1970 et dont l’objectif,
aussi vaste que louable, était de réduire les
émissions polluantes des véhicules moteurs et
des parcs industriels dans l’ensemble des États-
Unis. Lancée sous Gerald Ford, mise à jour et
renforcée en 1977 par Jimmy Carter, mais
négligée par Ronald Reagan, son successeur
George Bush en avait fait un pilier de sa
politique intérieure en l’adaptant, comme il
disait, aux exigences nouvelles du
« développement durable » : Substitution du
pétrole par des énergies renouvelables partout où
cela serait possible, économies d’énergie,
nouvelles normes anti-pollution, accompagnées
de nominations en faveur d’écologistes reconnus.
Cet effort gouvernemental, d’autant mieux
accueilli qu’il était somme toute inattendu, fit
espérer que les États-Unis joueraient un rôle de
leadership à Rio.

(Suite dans le document pdf)

Écrit par

D'autres publications

No 05-40. Novembre 2005, 28 novembre 2005, par Michel Duquette

No 04-04. Janvier 2004, 20 janvier 2004, par Michel Duquette


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)