Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Notes de recherche

Une politique commerciale fin-de-siècle : les États-Unis et les grands équilibres démocrates sous l’administration Clinton

avril 1997

Introduction

En 1991, nous entreprenions une étude exhaustive des mécanismes et des orientations de la politique commerciale des États-Unis.[1] Après la signature de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), la ratification des accords de la ronde de négociations de l’Uruguay, créant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’abandon des négociations de libre-échange avec le Chili et la proposition d’abolir le Département du commerce ; un retour sur la politique commerciale américaine nous a semblé tout aussi nécessaire que pertinent.

Contrairement à la décennie précédente, la position économique et commerciale des États-Unis dans le monde s’est relativement raffermie : autant les déficits public que commercial apparaissent maintenant maîtrisés. En 1995, le déficit commercial américain atteignait 159$ milliards, dont 59 et 40$ milliards avec le Japon et la Chine.[2] Ces deux pays sont donc demeurés les cibles prioritaires dans l’ouverture des marchés préconisée par Washington.

Bien que le déclin relatif des États-Unis ne se dément guère, une certaine prospérité économique a permis d’alléger les pressions protectionnistes aux États-Unis et ce, même si 1995 marque une certaine dégradation du commerce international des États-Unis alors qu’ils connaissaient leur pire performance depuis 1987-1988.[3] Cela n’a pas été sans importance sur la conduite de la politique commerciale américaine durant le premier mandat de Bill Clinton.

En effet, bien qu’il s’agisse de succès commerciaux mitigés, ces données internationales ont néanmoins permis une prise en compte plus importante des déterminants politiques nationaux dans l’élaboration de la politique commerciale. En guise d’introduction, nous rappellerons l’importance prise par des questions d’ordre autre qu’économique comme la protection de l’environnement et des droits sociaux, voire de la démocratie, comme nouveaux paramètres de la politique commerciale américaine. Ces nouveaux paramètres, qui émergeaient déjà durant les dernières années de l’administration Bush, ne renvoient pas tant à des considérations idéologiques qu’à des motivations partisanes.[4] En effet, il s’agit là de questions qui restent au coeur des préoccupations de franges importantes du parti démocrate aux États-Unis. Ces franges politiques progressistes du parti démocrate sont apparues d’autant plus influentes qu’elles servaient de contrepoids à un Congrès plus hostile que jamais aux initiatives de la Maison-Blanche.

(Suite dans le document joint)


Textes sur le même sujet

Le casse-tête de la balance commerciale des États-Unis

6 septembre 2011, Christian Deblock

Les États-Unis en quête d’une nouvelle stratégie commerciale pour l’Asie

10 septembre 2007, Christian Deblock

La politique commerciale des États-Unis : ruptures et continuité

10 octobre 2006, Christian Deblock, Jean-Frédéric Morin

États-Unis : la croissance à tout prix ? pas si sûr...

28 mai 2004, No 04-16. Mai 2004, Gregory Vanel

Le débat sur le déficit courant en 2002 : la politique commerciale américaine est-elle tributaire de la doctrine financière officielle ?

Février 2003, No 03. Février 2003, Gregory Vanel

La balance des paiements américaine revisitée : Mesure et démesure de l’hégémonie financière américaine

Mars 2002, Gregory Vanel

Sur les comptes extérieurs des pays de l’ALENA

Mars 1999, Christian Deblock

Une politique commerciale fin-de-siècle : les États-Unis et les grands équilibres démocrates sous l’administration Clinton

Avril 1997, Bruno Hamel

Écrit par

D'autres publications


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)