Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) The Montreal Institute of International Studies (IEIM) Calendier Audios and Videos

Briefs

Le methodenstreit: Plus qu’une « querelle de méthodes »

19 February 2009

Le Methodenstreit (« conflit de méthodes ») opposa Gustav Schmoller, de l’école historique allemande (EHA), à Carl Menger, fondateur de l’école autrichienne. Ce débat crucial pour la pensée économique, et a fortiori pour les sciences sociales dans leur ensemble, atteignit son apogée durant les décennies 1870 et 1880. Dans la littérature, et particulièrement en science économique, le Methodenstreit est généralement décrit comme un affrontement trivial, voire stérile, entre raisonnements déductif (Menger) et inductif (Schmoller). C’est notamment le cas de J. A. Schumpeter, décrivant le Methodenstreit comme une « querelle de méthodes », « une histoire d’énergies gaspillées », prouvant « qu’il n’y a, au fond, pas d’opposition entre la théorie et l’histoire économique » (Schumpeter, 1962 : 174). Le Methodenstreit mobilisa en fait des visions antagoniques des problèmes et des objectifs de recherche (Béraud, 2000). Plus encore, ce conflit porta sur les fondements mêmes d’une nouvelle science des phénomènes économiques. Dans les pages qui suivent, nous présentons d’abord la pensée de Menger et sa vision de l’économie pure, pour ensuite nous pencher sur l’économie socio-historique de Schmoller. Nous concluons sur la nécessité de revenir au Methodenstreit, pour nous interroger sur nos propres rapports avec l’histoire et les lois naturelles.

[Suite dans le document joint]

Written by

More Publications

Briefs | Julien Martin est professeur au Département des sciences économiques à l’UQAM et titulaire de la Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales

Le coût de l’incertitude liée au Brexit : moins de clients pour les exportateurs français

Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM)

Institut des politiques publiques, Note IPP n°48, Décembre 2019, 15 December 2019, by Julien Frédéric Martin


Partners

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)