Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Monographies

Crise... Naufrage des économistes ?

mai 2010

Ben Hammouda, Hakim, Oulmane, Nassim et Mustapha Sadni Jallab. À paraître en mai 2010. Crise... Naufrage des économistes ? Enquête sur une discipline en plein questionnement. Préface de Pascal Lamy. Genève : De Boeck.

Résumé

Les effets de la crise ne se sont pas limités à la débâcle de la finance et à la récession économique. En effet, elle a aussi touché le monde des économistes et certains ont parlé de la déroute de ceux qui n’ont pas réussi à la prévoir et à en mesurer l’ampleur.

La question qui se pose aujourd’hui est de connaître les raisons de cette déroute et de ce naufrage collectif. Comment expliquer cette faillite des économistes ? Comment analyser cette incapacité à prévoir l’une des plus graves crises de l’histoire économique moderne ? D’où vient cet aveuglement en la capacité du marché à corriger les errements des traders, attirés par le profit et le gain à très court terme ? Pourquoi éprouvent-ils les plus grandes difficultés à formuler les politiques nécessaires pour sortir de la crise actuelle ? Et, surtout, est-ce que le champ de la réflexion économique est capable de se renouveler pour échapper à sa propre crise, ainsi qu’à la défiance et à la suspicion que certains éprouvent aujourd’hui vis-à-vis des économistes ?

Cet ouvrage apporte des éléments globaux de réponse à ces questionnements et à ces interrogations. Les auteurs montrent que la faillite des économistes réside principalement dans la volonté de faire de leur domaine un champ de savoir qui se rapproche davantage de celui du monde de la nature et s’éloigne des sciences sociales et humaines. Cet ouvrage suggère également des pistes pour renouveler la réflexion et reconstruire le champ économique.

Il s’adresse aussi bien aux économistes et aux étudiants de cette discipline qu’à toute personne désirant comprendre les raisons de cette déroute.

D'autres publications


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)