Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Notes de synthèse

Frances Perkins : une progressiste dans l’action

29 octobre 2010

En 1933, Roosevelt nomma Frances Perkins secrétaire au Travail, poste qu’elle occupa jusqu’en 1945. En tant que ministre engagée à améliorer la condition ouvrière, elle a su défendre ses prises de position avec conviction. Par contre, avant d’accepter la nomination, Perkins rencontra Roosevelt en privé avec une liste des programmes sociaux qu’elle voulait mettre en place.
À quelques rares exceptions, Roosevelt appuya les objectifs et le programme de sa protégée, qui joua un rôle clé dans la rédaction du New Deal et contribua à la réalisation de la loi sur la sécurité sociale de 1935 (The Social Security Act).

(Suite dans le document joint)

Écrit par

D'autres publications

Notes de synthèse | Julien Martin est professeur au Département des sciences économiques à l’UQAM et titulaire de la Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales

Le coût de l’incertitude liée au Brexit : moins de clients pour les exportateurs français

Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM)

Institut des politiques publiques, Note IPP n°48, Décembre 2019, 15 décembre 2019, par Julien Frédéric Martin

21 décembre 2012, par Antonios Vlassis


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)