Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Séminaires et conférences | Vidéos

Libéralisme économique et opinion publique en Russie : 1991-2011

Vendredi 15 avril 2011
à 12h30, local A-1715, pavillon Hubert-Aquin, UQAM, métro Berri-UQAM

Michel Roche, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi et chercheur associé au CEIM

Présidence : Mark-David Mandel, professeur au département de science politique de l’UQAM

La transition au capitalisme en Russie reposait sur l’espoir entretenu par les libéraux que la privatisation des entreprises et le développement des rapports marchands entraîneraient l’élargissement de la base sociale du nouveau régime. Au final, le nouvel ordre établi serait protégé par un rempart idéologique et politique solide, sous la forme d’un appui majoritaire aux principes de la propriété privée et de la régulation par le marché. Les règles du jeu propres à la société capitaliste étant ainsi largement acceptées, la bourgeoisie russe et ses alliés politiques n’auraient plus à craindre qu’un régime plus démocratique, permettant l’alternance au pouvoir, ne vienne heurter ses intérêts. Ainsi, en Pologne, l’analyse de l’opinion publique atteste de la solidité des piliers du libéralisme économique au sein de la population pour que les intérêts qui profitent le plus de l’ordre établi n’entretiennent aucune crainte sérieuse quant à leur avenir. Mais en Russie, vingt années de transition n’ont pas produit les effets attendus par les libéraux. Les enquêtes d’opinion révèlent une fragilité sur le plan idéologique susceptible d’expliquer en partie le caractère autoritaire du régime Poutine/Medvedev.

Entrée libre et gratuite

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Victor Alexandre Reyes Bruneau, reyes_bruneau.victor_alexandre@uqam.ca,
(514) 987-3000, poste 3910

Organisé par
Participant

D'autres activités

Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ)

Date limite : 1er décembre 2020

Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH)

Lundi 30 novembre 2020, de 12h30 à 14h, en ligne


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)