Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Pourquoi les prix ne baissent-ils pas ?

Le Devoir, 20 mai 2011, 20 mai 2011

Le magasinage outre-frontière augmente, mais les prix au pays ne baissent pas, comme certains pourraient l’anticiper, grâce à la force du dollar canadien. Plusieurs raisons expliquent l’évolution des prix, mais les suivantes permettent de comprendre les décisions (ou absence de décisions) d’un grand nombre de nos grossistes et détaillants qui importent un pourcentage grandissant des produits et services qu’ils vendent.

  • Nombre de firmes multinationales fixent le prix de leurs produits sans tenir compte complètement des taux de change et ne modifient ces prix qu’une ou deux fois par année.
  • Nos entreprises sont moins actives qu’elles devraient l’être dans les chaînes de valeur ajoutée pour y rechercher des marchés et des intrants.
  • La concurrence est moindre sur nos marchés (c.-à-d. allez acheter une voiture sur le marché compétitif de la Floride pour constater les écarts de prix considérables par rapport au nôtre).
  • L’inflation continue de se manifester en Chine.

Les frais de transport des marchandises augmentent à cause de l’augmentation des prix du pétrole.

Ces facteurs nous permettent de comprendre pourquoi on peut anticiper une croissance moindre des prix intérieurs que ce que l’on observerait autrement, mais peu probablement des diminutions importantes de ceux-ci.

Écrit par

D'autres publications

Publication de Michèle Rioux, directrice du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Covid-19 – Quels impacts sur la mondialisation ?

Article publié dans Option Consommateurs, 1er juillet 2020, par Michèle Rioux

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

La Crise, numéro 47, avril 2020, 10 avril 2020, par Henri Regnault


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)