UQAM

Suivre les négociations dans les Amériques, étudier les formes nouvelles que prend
l’intégration, servir de carrefour de recherche et participer au débat public.

Publications

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)Gauthier Mouton

Les répercussions (provisoires) de la crise de COVID-19 sur le système énergétique mondial

Ce document a été rédigé par Gauthier Mouton, candidat au doctorat en science politique à l’UQAM

Cet article vise à examiner les répercussions de la crise de COVID-19 sur le système énergétique mondial.

Avec l’émergence de nouvelles grandes puissances dont le modèle économique est particulièrement énergivore (la Chine en tête) et l’urgence des questions environnementales, l’énergie est devenue en l’espace de quelques décennies le point de focalisation de toutes les grandes réflexions stratégiques.

« Si bien sûr, à court terme, ce sont les pays producteurs et exportateurs de pétrole qui subissent l’effondrement du prix du baril de brut, la crise sanitaire mondiale interroge aussi, dans la perspective du temps long, les capacités des États et des sociétés à engager un sursaut politique à l’aune des enjeux énergétiques et climatiques. »

[...]

« Au Québec, l’utilisation des surplus d’électricité pourrait d’ailleurs soutenir la serriculture grâce à des technologies innovantes de chauffage et d’éclairage. Toutefois, les transitions énergétiques ne sont pas uniquement une question de technologies et d’offre  ; c’est aussi une question de demande, de choix à la fois individuels et collectifs qui façonnent les modèles de société et les conceptions politiques dont ils sont porteurs. »

[...]

« À l’occasion du cinquantenaire de la Journée de la Terre, le 22 avril 2020, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a insisté sur la nécessaire prise de conscience provoquée par la crise sanitaire mondiale afin de lutter contre le réchauffement climatique, la pollution croissante et le déclin abrupt de la biodiversité. Pour le moment, la pandémie a surtout eu pour effet de repousser des rendez-vous cruciaux en matière de protection de l’environnement. Devant se tenir initialement à Glasgow, en Écosse du 9 au 19 novembre 2020, la 26ème Conférence des Parties (COP26) a été annulée. »

Découvrez le texte complet en pièce jointe.

Auteur

Gauthier Mouton

L’auteur tient à remercier le professeur Éric Mottet pour la correction de la première version de ce texte.