UQAM

Suivre les négociations dans les Amériques, étudier les formes nouvelles que prend
l’intégration, servir de carrefour de recherche et participer au débat public.

Publications

Mona Kayal

Comprendre l’édification de la Cour pénale internationale : l’exemple canadien

7 décembre 2009

La Cour pénale internationale est une cour théoriquement permanente et indépendante chargée d’enquêter, de poursuivre et de juger des prétendus criminels ayant perpétré les pires atrocités que l’humanité ait connues. Or, la CPI semble enfreindre le concept de souveraineté étatique puisque cette compétence était, jadis, uniquement l’apanage des systèmes juridiques nationaux.

Lorsqu’on examine les motivations qui poussent les États à créer la CPI, cette dernière institution ne satisfait guère les principes utilitaristes mis de l’avant par les théories dominantes des Relations Internationales. Au contraire, à la lumière du principe de la souveraineté étatique, la CPI génère davantage de coûts que de bénéfices. Il est ainsi nécessaire de comprendre sa formation en analysant les considérations internes des États et en appliquant les concepts illustrés par les théories constructivistes. Le cadre analytique de cette étude révèle l’importance des considérations matérielles et immatérielles qui influencent les États à adhérer ou à rejeter la CPI. En ce sens, la prise de décision d’un État reflète des considérations identitaires, intentionnelles, éthiques et stratégiques. À cet égard, le cas du Canada est évocateur, car il s’est vite illustré en tant que fervent promoteur lors de l’adoption de la CPI en 1998.

Si le discours canadien s’inscrit dans une logique éthique internationaliste, il demeure que le Canada s’est satisfait d’initiatives diplomatiques telles que la signature de traités ou la promotion de la CPI dans les cercles de discussions internationaux. À travers ses projets défendant les principes de la sécurité humaine, le Canada a tenté de maintenir un certain prestige tout en coupant drastiquement dans les activités du Ministère des Affaires étrangères, les dépenses associées aux négociations internationales étant moins dispendieuses que celles attribuables à l’aide au développement ou à l’imposition de sanctions contre des États participant à l’« insécurité humaine ».

Pour obtenir le document complet, veuillez télécharger le fichier PDF ci-joint.