> >

La gouvernance au temps du libre-échange : une étude des mécanismes de mise en oeuvre de l’ALÉNA et de l’ACI

, ,

Document de travail préparé pour la Chaire de recherche sur le parlementarisme dans les Amériques du Collège des Amériques


À un premier niveau d’analyse, la signature d’un accord de libre-échange vise
essentiellement à accroître le commerce entre des partenaires grâce à la
reconnaissance et à la sanction de quelques principes de base comme la clause de la
nation la plus favorisée (CNPF) et le traitement national1. À un deuxième niveau
toutefois, la reconnaissance et la sanction de ces principes posent un ensemble de
problèmes d’harmonisation, de transposition et d’incorporation de lois, de
règlements, de normes et de directives qui, appliqués à l’ensemble des domaines et
des secteurs couverts par ces accords, peuvent entraîner de profondes
modifications du cadre institutionnel des Parties à ces accords. (suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin