> >

La nouvelle donne en matière d’accords sur l’investissement pour les États-Unis : entre les voeux et la réalité

No 04-11. Mars 2004


Depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuelle administration aux États-Unis d’Amérique (EUA), la stratégie commerciale du duo Bush-Zoelick a été, on le sait, centrée sur la multiplication d’ententes bilatérales. L’échec de la réunion ministérielle de Cancún et celui des négociations pour la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA) semblent avoir accentué cette tendance. Ainsi, au cours des douze derniers mois seulement, des accords ont été conclus avec l’Australie, les pays d’Amérique centrale (Costa Rica, Nicaragua, Honduras, Salvador et Guatemala, l’accord a déjà été élargi à la République Dominicaine), le Chili et Singapour, et des négociations ont été initiées pour en venir à des ententes du même genre avec le Bahreïn et l’Union douanière sud-africaine (Botswana, Lesotho, Namibie, Afrique du Sud et Swaziland). Si cet engouement pour le bilatéralisme est loin de convaincre tout un chacun1, rien ne semble plus pouvoir arrêter le duo dynamique d’élargir, pays par pays, cette zone où les produits, les services et les capitaux des EUA pourront s’introduire et fructifier sans entraves.

(Suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin