> >

Les États-Unis, la clause sociale et l’art de la vertu démocratique


Là où le multilatéralisme piétine, le régionalisme semble compenser. Après
que les parties contractantes à l’Accord sur les tarifs douaniers et le commerce
(GATT) aient refusé d’acquiescer à la requête tardive des États-Unis d’insérer une
clause sociale à l’Accord qui viendra clôturer la Ronde de l’Uruguay, ceux-ci ont
continué d’alimenter le débat chaque fois que l’occasion formelle s’est présentée,
mais toujours pour voir celle-ci reportée à des discussions ultérieures. Comme il
s’agit d’un enjeu des plus sensibles au niveau multilatéral, aussi ont-ils donc opté
pour une approche plus ponctuelle, là où ils sont en position d’autorité. Ainsi,
deux accords "parallèles", l’un sur le travail l’autre sur l’environnement, ont-ils été
adjoints à l’ALENA. De même, un groupe spécial sur le travail a-t-il été constitué
dans le cadre des négociations en cours en vue de mettre sur pied une zone de
libre-échange dans les Amériques.
(suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin