> >

La gestion de l’eau en Équateur : la révolution citoyenne ou la solution indigène ?

N°11-01 Février 2011


En Équateur, la maîtrise de l’eau a toujours constitué un sujet de confrontation entre les différents acteurs impliqués dans la production agricole. Au cours des trois dernières décennies, sous l’influence des instances internationales, l’État a adopté des politiques publiques favorables à la décentralisation, à la privatisation des infrastructures et des ressources naturelles par le biais d’une législation conciliante. Face à cela, les communautés rurales, principalement indigènes, ont constitué une farouche opposition afin de préserver leurs droits d’usage.
Avec l’avènement du gouvernement Correa et la mise en place de la révolution citoyenne, un espoir de changement se dégage chez les populations indigènes.
Néanmoins après quelques mois, des divergences apparaissent et la proposition d’une nouvelle loi sur l’eau est finalement combattue par les organisations paysannes.
Cet article recherche les principales raisons de cet échec survenu entre les deux principaux partenaires de la gestion de l’eau, qui disposaient pourtant de nombreuses raisons objectives de faire alliance.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin