> >

Bien Vivre et droit à l’autodétermination des peuples

N°12-06 Novembre 2012


L’Amérique latine n’échappe pas à l’exploitation effrénée de territoires hier difficilement accessibles et des ressources naturelles qu’ils renferment. L’offensive de l’industrie extractive est de ce fait de plus en plus contestée par des populations dont le mode de vie et l’identité sont profondément marqués par leur rapport à la terre et à la nature. Parmi ces populations qui résistent, les peuples autochtones ne donnent plus leur place. À tel point qu’ils réussissent à modifier la scène politique dans plusieurs pays. Les constitutions de la Bolivie et de l’Équateur présentent à cet égard une rupture majeure à l’endroit d’un modèle de développement qui a souvent pour effet de détruire des équilibres naturels et de violer les droits individuels et collectifs de peuples occupant le territoire ainsi « développé ». Fondées sur la conception du Bien Vivre en tant qu’alternative au modèle développement dominant, ces constitutions sont non seulement inspirantes pour les peuples autochtones, mais elles le sont également pour tous les peuples qui cherchent à renouveler la bataille pour un droit tangible à l’autodétermination des peuples.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin