> >

L’UNESCO face à l’enjeu « commerce-culture »Quelle action politique pour une organisation internationale ?

Érudit. Volume 32, numéro 3, 2013, p. 81-101


Résumé

Le présent article tente de saisir l’action politique du secrétariat de l’UNESCO vis-à-vis de la gestion de l’interface entre le commerce et la culture, ainsi que ses marges de manoeuvre face aux entrepreneurs de la diversité des expressions culturelles. Alors que la plupart des études relatives à cet enjeu supposent que le secrétariat général reste largement favorable au processus de l’élaboration et de la mise en oeuvre de la Convention sur la diversité culturelle, nous nous interrogeons ici sur les conditions – empiriquement sondées – qui permettent au secrétariat d’agir. Notre analyse démonte alors l’idée courante selon laquelle l’UNESCO était à l’avant-garde de la Convention et illustre les raisons pour lesquelles l’organisation a adopté une position conservatrice sur cette question et a mis en oeuvre un certain nombre de stratégies qui tiennent compte de logiques institutionnelles propres à l’UNESCO

Pour en savoir plus visitez le site web de la revue ÉRUDIT ici.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin