> >

Partenariat transpacifique : le Japon sous la pression des États-Unis

Volume 7, numéro 8


Résumé analytique :

Le différend américano-nippon se poursuit sur la question de l’accès aux marchés agricoles et bloque la progression des négociations du Partenariat transpacifique (TPP). Les propositions japonaises de libéralisation des échanges sont jugées insuffisantes par le gouvernement des États-Unis et l’USTR a même reculé sur une partie des offres de réduction des tarifs douaniers américains sur les pièces d’automo-biles japonaises. La partie de bras de fer est enclenchée et les pressions politiques sur le gouvernement japonais se feront sûrement sentir au cours des prochaines semaines pour tenter de répondre à l’appel de juin du président Oba-ma qui souhaitait une avancée significative des travaux pour sa visite en Asie en novembre prochain.

Par ailleurs, la joute politique bat son plein aux États-Unis alors que les élections de mi-mandat se tiendront dans quelques semaines. Un enjeu périphérique aux grands débats, mais crucial pour la poursuite de la politique commerciale américaine, est le renouvellement de la Trade Promotion Authority (TPA), qui permet l’adoption en accéléré au Con-grès de la législation touchant les accords commerciaux conclus avec des partenaires étrangers. Le TPA n’est pas à l’agenda officiel de la courte session suivant les élec-tions, mais Paul Ryan, pressenti pour le poste de président du comité des Voies et Moyens de la Chambre, s’est prononcé en faveur d’une adoption rapide d’un projet de loi sur cette question. Le suspense demeure donc entier et la toile d’intérêts sur cette question continue de se tisser : les démocrates réticents à ce projet ont réussi à le reporter après les élections, mais l’urgence de conclure d’importants accords commerciaux prendra sans doute le des-sus une fois que la population se sera exprimée. Finalement, un accord plus confidentiel, le Trade in Service Agreement (TISA), entre dans une phase d’accéléra-tion et les principaux protagonistes croient qu’une entente est possible d’ici la fin de 2015.

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin