Accueil
Accueil CEIM / Accueil GGT / Groupe de recherche sur l’intégration continentale (GRIC) / Les marchés publics et la ZLÉA : enjeux et perspectives

Les marchés publics et la ZLÉA : enjeux et perspectives

janvier 2003 , par Remi Bachand

On évalue généralement que les achats faits par les gouvernements représentent entre 10 à 15 % du PNB d’un pays. Au Canada, au moment de la signature de l’ALÉNA, on estimait à 60 milliards de dollars, ou 18 % du Produit national brut, les dépenses totales relatives aux marchés publics2. On estime également que la libéralisation de ces achats pourrait résulter en une épargne d’environ 10 % pour les gouvernements. Ainsi, une économie de l’ordre de 1 à 1,5 % du PNB pourrait découler de la libéralisation de ceux-ci3. De plus, la libéralisation des marchés publics peut représenter des opportunités intéressantes sur le plan commercial pour les entreprises des pays à haut potentiel d’exportation. Ces possibilités jouent évidemment un rôle majeur dans les stratégies de négociation dans les différents forums internationaux où cette question est abordée. (suite dans le document joint)

Partager

Partager sur Facebook  
Gouvernance Globale du Travail (GGT) ggt @uqam.ca Plan du site Haut Haut
Université du Québec à Montréal (UQAM)    Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)    Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)    CANADA    Ressources humaines et Développement social Canada    Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)