> >
  • Conflits


  • Paramilitarisme et scandale de la parapolitique en Colombie

    Résumé
    La divulgation récente de nombreux documents et témoignages démontrent qu’une portion de la classe politique colombienne est sous influence d’un groupe armé irrégulier : les paramilitaires. Cette situation, pour le moins délicate, représente une menace à la légitimité de plusieurs institutions gouvernementales et fait évidemment scandale autant à l’interne qu’à l’international. Nous tenterons donc de comprendre les origines et la dynamique du scandale médiatique désormais connu comme la crise de la (...)

    En savoir plus Télécharger le document :
  • Le conflit colombien : de l’idéologique au narcotrafic

    Depuis plus de 50 ans, le conflit perdurant en Colombie a su s’adapter aux réaménagements intervenus au sein de l’ordre mondial. Malgré sa longue culture démocratique et sa forte économie, la Colombie se développe sous l’emprise de la violence : plus de 3 000 enlèvements et disparitions, et plus de 25 000 victimes annuellement contribuent à maintenir un état d’insécurité au sein de la population civile et font fuir les investisseurs étrangers. Longtemps considéré comme un conflit de faible intensité, (...)

    En savoir plus Télécharger le document :
  • La crise démocratique haïtienne : l’anéantissement d’un peuple

    Le 1er janvier 1804, le peuple haïtien a proclamé son indépendance, suite à la capitulation des troupes de Napoléon après la bataille de Vertières. L’abolition de l’esclavage et la naissance de la première République noire dans l’Hémisphère latino-américain était un exemple pour les pays voisins, attrapés encore et pour longtemps dans les rouages du colonialisme européen1. Par contre, l’absence d’un modèle commun d’organisation étatique sur le continent en 1804 et la difficile cohabitation de communautés de (...)

    En savoir plus Télécharger le document :
  • Le Guatemala : cette paix qui n’en est pas une

    C’est en 1996 que furent signés les Accords de Paix entre le gouvernement du Guatemala et de l’Union Révolutionnaire Nationale Guatémaltèque (URNG). Ils permirent le retour de dizaines de milliers de personnes, principalement des autochtones, sur leur terre, lesquelles font, encore aujourd’hui, l’objet de fouilles intenses afin de découvrir les charniers des massacres perpétrés durant la guerre. Le conflit guatémaltèque, qui a duré 36 ans, a été l’un des plus violents jamais recensés, puisqu’il a fait (...)

    En savoir plus Télécharger le document :
  • Le budget des États-Unis et la guerre en Irak : les dommages collatéraux seront-ils aussi du côté américain ?

    A qui le tour ? La valse des démissions des plus hauts responsables économiques de l’administration Bush vient encore de connaître un nouvel épisode cette semaine avec la démission de Mitch Daniels, directeur du budget. Cette démission, la quatrième depuis 6 mois, dont la raison officielle est de permettre à monsieur Daniels de briguer un mandat de gouverneur de l’Indiana, intervient à un moment où le Président Bush a plus que du mal à justifier auprès du Congrès ses choix budgétaires pour l’année (...)

    En savoir plus Télécharger le document :
  • Colombie : des intérêts divergents pour une guerre sans fin

    Bien que la Colombie soit l’une des plus anciennes démocraties d’Amérique latine et qu’elle possède une forte économie, ce pays est l’un des plus violents au monde avec quelque 30 000 victimes par année, dont 3 000 à 6 000 sont directement la cible du conflit armé. De plus, on compte annuellement 3 000 enlèvements et disparitions de toutes sortes. En fait, la société colombienne subit une guerre civile depuis près de 50 ans. Ce conflit a débuté bien avant l’avènement des cartels et autres producteurs de (...)

    En savoir plus Télécharger le document :
  • Appui à la guerre en Irak : position des pays d’Amérique latine

    À la veille du déclenchement de la guerre en Irak, sept des 33 pays d’Amérique latine ont signifié leur appui aux États-Unis et se sont joints à la coalition de 49 pays participant à la guerre en Irak. Ces pays sont la Colombie, la République Dominicaine, le Panama, le Salvador, le Costa Rica, le Honduras et le Nicaragua, soit tous les pays de l’Amérique centrale à l’exclusion du Guatemala. Des partenaires commerciaux importants du géant américain, le Mexique et le Chili, ont décliné l’invitation du (...)

    En savoir plus Télécharger le document :

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin